Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

David Azizian

Ingénieur, bénéficiaire d’une formation financée par le Pôle emploi, Malakoff (92)
Date de l'interview : 28/07/2010

La formation que j'ai suivie m'a permis de prendre confiance et de me dégager de nouveaux horizons en termes de métiers.

Ingénieur diplômé de l’ESIGELEC (spécialité télécommunication optique), David Azizian a suivi pendant 6 mois une formation d’analyste informaticien, génie du traitement de l’information, à l’AFCEPF, école spécialisée dans l’emploi informatique, à Malakoff (92). Cette formation a été financée par le Pôle emploi.

Pourquoi avez-vous décidé de suivre cette formation ?

J’ai connu quelques difficultés après ma sortie de l’école. J’ai mis un an avant de trouver un contrat chez Renault. J’ai travaillé sur un projet de recherche et développement qui a été arrêté au bout de six mois. Ensuite, j’ai rejoint Incka, une filiale d’Astek, spécialiste du conseil et de l'ingénierie en technologies nouvelles. J’ai été envoyé en mission chez Diagnostica Stago. Au bout de trois mois, on m’a signifié qu’il y avait « une erreur de casting ». J’ai eu beaucoup de mal à accepter ces propos... Du coup, j’ai décidé de suivre une formation afin d’acquérir de nouvelles compétences. Je l’ai trouvée par l’intermédiaire du Pôle emploi.

Quels étaient vos objectifs ?

Cette formation s’adresse à deux types de profil : soit à des bacs + 2 en informatique qui veulent accéder à un diplôme supérieur puisque l’école peut délivrer des Masters, soit à des personnes issues d’autres secteurs, comme la finance, qui souhaitent obtenir une double compétence. Je suis donc un peu un cas à part. J’avais déjà un bac + 5, mais je voulais découvrir le monde de l’informatique de gestion et trouver un second souffle.

Qu’avez-vous appris au cours de ce cursus ?

Grâce à la formation, je maîtrise les langages, comme java, et les nouvelles technologies (J2E et .NET). J’ai également dû gérer un projet de A à Z. Avec deux autres personnes, nous avons conçu un outil permettant à un gestionnaire d’exploiter un parc de véhicules en libre-service. Nous avons dû le présenter devant une dizaine de professionnels. C’est une très bonne expérience car j’ai mis en pratique ce que j’ai appris en cours. Cela m’a permis de prendre confiance et de me dégager de nouveaux horizons en termes de métiers. J’ai pris conscience que le développement informatique était indispensable dans de multiples secteurs. Avant, c’était un monde un peu obscur pour moi. Ça ne l’est plus.

Le bilan est donc positif ?

Oui, car cette formation m’a permis de tourner la page. Après mon Bac, je m’étais engagé dans de longues études pour faire carrière dans l’électronique. Maintenant, je ne veux faire que du développement informatique. J’y ai pris goût. C’est une réussite personnelle. Toutefois, j’ai quand même quelques regrets. Il n’y a aucun suivi après la formation. Depuis l’été dernier, je n’ai reçu que trois mails et un seul coup de téléphone en janvier. C’est trop peu. Je sais que certains de mes acolytes ont trouvé du travail. Mais cela s’est fait un peu en douce. J’ai l’impression que l’on n’a pas tous eu le même traitement…

Avez-vous retrouvé un emploi ?

Non. J’ai passé une trentaine d’entretiens. Je n’ai jamais eu de retour ! C’est très frustrant d’avoir aussi peu de contacts avec les employeurs. Si on m’avait dit qu’avec un bac + 5, j’allais connaître autant de galères, j’aurais peut-être travaillé directement après le lycée. Mais je ne suis pas découragé ! Si une proposition arrive, tant mieux…. Et si ce n’est pas le cas, je ferai autre chose. J’ai des projets. Je me laisse encore un peu de temps avant de me lancer.