Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Kémal Celik

Etudiant en DUT génie mécanique et productique
Date de l'interview : 28/07/2010

J'ai le sentiment que ce stage m'a apporté beaucoup plus que si je l'avais effectué en France et m’a donné envie de travailler à l'étranger.

Etudiant en deuxième année de DUT génie mécanique et productique à Paris XIII, il a effectué 3 mois de stage, à Sibiu en Roumanie, chez un équipementier automobile.

Quelles étaient vos motivations pour effectuer ce stage en Roumanie ?

Ce sont mes professeurs qui m'ont incité à partir dans ce pays, en plein essor économique dans le secteur industriel. De plus, il existe un lien fort entre l'IUT de Saint-Denis, l'université de Sibiu et l'entreprise qui m'a accueilli. J'ai pensé que ce serait une bonne expérience professionnelle et humaine à vivre.

En quoi consistait votre mission à Sibiu ?

Elle consistait à élaborer le cahier des charges, le processus d'usinage et le prototype d'une pièce dont la production sera prochainement lancée. J'ai mené cette mission à bien et j'ai ensuite changé d'unité dans l'entreprise. La 2e mission m'a permis de mieux appréhender le monde industriel en découvrant les différents pôles de l'entreprise : conception, production, qualité, etc.

Quelles ont été vos démarches avant de partir ?

L'IUT m'a bien préparé au stage. Mon professeur d'anglais m'a aidé à trouver le logement universitaire et à prendre contact avec l'entreprise d'accueil. On m'a bien expliqué les formalités à effectuer et j'ai rédigé une lettre de motivation et un CV, en anglais. Je pense que c'est grâce à mon bon niveau en anglais que j'ai pu partir. Après avoir rempli un dossier Erasmus pour lequel on me demandait, entre autres, un budget prévisionnel, j'ai pu bénéficier d'une bourse de 500 euros/mois et c'est l'entreprise d'accueil qui m'a payé le logement. Au retour, j'ai dû réaliser un bilan auprès d'Erasmus pour justifier de l'utilisation de ma bourse à bon escient.

Comment avez-vous été accueilli ?

Sur place, j'ai été accueilli par des gens de l'université de Sibiu qui m'ont installé et m'ont guidé pour toutes les démarches pratiques (achats, déplacements, etc.). Mon adaptation au pays a été très rapide et je n'ai pas rencontré de difficultés particulières. L'accueil dans l'entreprise a été fait par le DRH qui m'a fait visiter le site de façon très complète. J'avais un tuteur désigné, mais ce sont surtout 2 ingénieurs roumains qui m'ont pris en charge. J'ai été très bien accueilli et c'est à ce moment que ma mission a été définie.

Qu'est-ce-que vous a apporté cette expérience ?

J'ai le sentiment que ce stage m'a apporté beaucoup plus que si je l'avais effectué en France. Je pense que les salariés ont été très attentifs à mon bien-être et à la qualité de mon projet sur place. Je pense qu'ils ont eu le souci de donner une bonne image de leur entreprise du fait que j'étais étranger. J'ai aussi beaucoup progressé dans mon anglais pratique et technique : il faut savoir qu'une très large majorité de Roumains est parfaitement anglophone.

Et sur le plan personnel ?

J'ai découvert une nouvelle culture, un style de vie. Sibiu est une ville très intéressante. C'était une formidable aventure humaine. Je me suis fait de vrais amis roumains, mais aussi d'autres expatriés comme moi. J'ai pu me rendre compte que la Roumanie n'est pas le pays que je croyais découvrir. J'en tire la leçon qu'il n'est pas bon d'avoir des a priori sur les autres : la cité universitaire de Sibiu est bien plus grande et plus propre que certaines universités parisiennes !

Avez-vous le sentiment d'avoir développé des compétences en particulier ?

Mon niveau d'anglais s'est bien sûr amélioré. Je pense avoir développé de réelles capacités d'adaptation professionnelle. Je peux maintenant analyser beaucoup plus rapidement une situation et cibler les problèmes à résoudre. Je suis plus réactif et j'ai gagné en autonomie, car on m'en a beaucoup laissé au cours de mon stage.

Comment comptez-vous mettre en valeur cette expérience ?

J'ai pensé à mon avenir professionnel en choisissant ce stage et je compte le mettre en avant sur mon CV. C'est un plus. Je vise une école d'ingénieur pour l'année prochaine et je sais que ce type d'expérience est bien vu. En effet, ça prouve qu'on est capable de s'adapter et un ingénieur doit pouvoir s'adapter et être autonome.

Cette expérience a-t-elle eu une influence sur vos projets ?

Oui. Maintenant, j'ai envie de voyager, d'étudier et de travailler à l'étranger. J'aimerais notamment faire un stage en Allemagne pour améliorer mon niveau en allemand… et parce que les entreprises allemandes sont le fleuron du secteur industriel européen.